Les géants de Gdansk

Les géants de Gdansk

Depuis février, deux énormes structures prennent forme sur les quais de deux chantiers navals de Gdansk. À première vue, elles paraissent être conçues pour des immeubles. Bâties sur de solides fondations, elles sont enveloppées d’échafaudages et d’une bâche de protection. Elles sont gigantesques : hautes de cinq étages, 31 mètres de large et 48 mètres de long. S’il s’agissait d’immeubles chacune pourrait accueillir une centaine d'appartements trois pièces.

Mais, une fois terminées, elles n’ouvriront pas leurs portes à de nouveaux occupants. Ces impressionnantes constructions de 2,400 tonnes entreprendront plutôt un long voyage. Elles reposent actuellement sur des rails en acier graissés, posés sur le quai en béton. À leur achèvement, d’énormes vérins hydrauliques les feront glisser le long du quai à une cadence de seulement quelques mètres par jour, jusque sur une barge. Environ trois jours seront nécessaires pour les faire glisser sur un peu plus de 30 mètres. La barge prendra ensuite cinq jours pour effectuer la traversée de 500 milles marins de Gdansk, en Pologne à Flensburg en Allemagne, voire davantage en cas de mauvaise mer.

gdansk-16.jpg

Une fois arrivées à destination, elles feront la connaissance avec la coque du Honfleur, et de gigantesques grues flottantes les soulèveront pour les déposer sur la coque du navire, lors d’une opération appelée "construction Lego". Puis elles seront soudées ensemble pour constituer la quasi-totalité de la superstructure qui abritera l’ensemble des espaces publics et des cabines, ainsi que son impressionnante timonerie qui s'étend sur toute la largeur.

"Le Honfleur est si imposant qu'il aurait été impossible de construire simultanément ces deux structures et la coque, sur la cale des chantiers de Flensburg. Construire ces deux blocs ici à Gdansk avant de les assembler une fois achevés à Flensburg nous a fait gagner beaucoup de temps", commente Benjamin Toussaint, l’officier de Brittany Ferries, chargé de superviser leur construction en Pologne.

gdansk-23.jpg

Les blocs seront achevés à environ 80 % lorsqu’ils partiront pour l’Allemagne. L’ensemble de la tuyauterie, systèmes de ventilation, ainsi que les systèmes électriques et de sécurité auront été installés. Le mobilier des cabines et les espaces publics de grande qualité que les passagers du Honfleur découvriront, seront eux, installés en Allemagne.

La première tôle découpée pour ces blocs l'a été le jour de la Saint Valentin et, lors de notre visite en octobre, il restait environ six semaines avant que les blocs ne soient achevés. Les structures en acier sont terminées, et il est déjà possible de se rendre compte de la taille et de l'agencement des espaces publics du Honfleur, ainsi et de la lumière qui les inondera grâce à de grands hublots.

gdansk-2.jpg

Chacun des deux blocs emménagements est doté de quatre impressionnantes cadènes de levage de la taille d'un adulte, soudées sur les ponts supérieurs. Elles sont perforées de quatre trous qui accueilleront les câbles par lesquels les grues les soulèveront. À l’intérieur, de épaisses cloisons provisoires en acier consolident les structures afin qu’elles ne se déforment pas pendant le transport. L'ensemble sera découpé et recyclé une fois le Honfleur assemblé.

Benjamin et son équipe de quatre personnes connaissent ces blocs du Honfleur mieux que quiconque, ayant soigneusement inspecté chacune de leurs soudures. "Nous sommes impressionnés par la qualité", ajoute-t-il. "C’est de la très belle conception. Nous inspectons tous les travaux au fur et à mesure, et nous sommes extrêmement satisfaits. Ces chantiers navals polonais travaillent également sur les blocs de paquebots de luxe. C’est exactement l’expérience que nos ponts offriront aux passagers du Honfleur. »

Le parcours de Benjamin Toussaint

« J’ai vraiment grandi avec Brittany Ferries » nous confie le jeune officier breton chargé de superviser la construction des blocs emménagements. « Ma mère était professeur d’anglais et nous empruntions les bateaux de la compagnie pour nous rendre en Angleterre lorsque j’étais enfant. J’en suis tombé amoureux, et je savais qu’un jour je travaillerais sur ces navires. »

« J’ai commencé à bord dans des fonctions d’accueil, mais j’ai toujours voulu être officier. Donc, à l’âge de 24 ans, j’ai entamé une formation de quatre ans à l’Ecole Nationale Supérieure Maritime, et je suis revenu chez Brittany Ferries lorsque j’ai obtenu mon diplôme de chef mécanicien il y a trois ans ».

Une fois le Honfleur achevé, Benjamin rejoindra l’équipage du navire, troquant son appartement en Pologne pour une cabine dans les quartiers des officiers sur l’un des ponts qu’il construit actuellement.

« C’est vraiment un rêve de prendre part à la construction du Honfleur », ajoute-t-il. « À l’heure actuelle, nous sommes à peine une douzaine d’officiers à superviser sa construction ici et en Allemagne. Je commence vraiment à m’y attacher. Ce sera merveilleux d’assister à son lancement. »

 

Tenez-vous informés de l’actualité du Honfleur

Inscrivez-vous pour être notifiés des mises à jour tout au long de la construction du navire

Oui ! J'aimerais recevoir des nouvelles sur les services et les offres de Brittany Ferries.

Communication preferences

Veuillez noter que vous pourrez vous désabonner à tout moment de tous les courriers et emails. Nous conserverons votre accord pour une durée maximale de 3 ans. Aucune information fournie ne sera transmise à des tiers; vous ne recevrez donc pas de publicité provenant d'autres sociétés. Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter notre Politique de confidentialité.