La pièce et la quille – Histoires de traditions maritimes

Les marins sont des gens superstitieux, et les traditions et cérémonies censées porter chance à leurs navires remontent à plus de 5 000 ans. À l’époque babylonienne, des bœufs étaient présentés aux dieux pour gagner leurs faveurs à l’égard d’un nouveau bateau. Plus tard, marins grecs et romains instaurèrent la tradition de placer des pièces de monnaie à bord de leur embarcation, en guise de porte-bonheur.

Aucun boeuf ne sera présent lors du lancement du Honfleur, mais la « cérémonie de la pièce » demeure toujours et sera observée lors de la pose de sa quille le 6 août. Différentes traditions et cérémonies marquent les étapes de la construction et du lancement d’un nouveau navire. Elles varient d’un chantier naval et d’un pays à l’autre. Nous vous en dévoilons quelques-unes qui ponctueront la construction et le lancement du Honfleur.

Découpe de la première tôle

Depuis que les navires commerciaux ont commencé à être construits en acier, il y a environ 70 ans, une cérémonie de "découpe de la première tôle" a lieu pour marquer le moment où le bateau prend forme. Les armateurs du navire, les ouvriers du chantier qui œuvrent à sa construction et tous les invités présents, reçoivent un petit morceau de l'acier avec lequel le navire sera construit. Pour le Honfleur, cette cérémonie de "découpe de la première tôle" s'est tenue à Flensburg le 12 mars 2018.

Découpe de la première tôle

Pose de la quille

Lorsque les navires étaient construits en bois, "la cérémonie antique de la pièce" était célébrée lors de la pose de la quille, quand le navire commençait à prendre forme. Aujourd'hui, elle fait partie des traditions mais se tient au moment où les énormes sections en acier de la coque, en construction depuis plusieurs mois, sont grutées et soudées ensemble sur la cale. Lors de cette cérémonie, une boîte de pièces est déposée sous la quille par le Commandant afin de porter chance au navire.

Mise à l'eau

Une fois la coque du navire achevée et rendue étanche, elle est mise à l'eau et remorquée vers le quai d’armement du chantier où les blocs de superstructure seront grutés et soudés à la coque. Les mises à l'eau au chantier FSG (Flensburger Schiffbau-Gesellschaft) où le Honfleur est en construction, sont spectaculaires car le chantier utilise une cale de lancement inclinée, la seule de la région. Une fois prête, la coque du Honfleur glissera en arrière dans les eaux du fjord de Flensburg, un exercice parfaitement maîtrisé, les architectes navals ayant bien évidemment procédé à des calculs précis au préalable pour assurer l’équilibre du navire filant vers l’eau, droit sur sa quille. L'armateur du navire, les ouvriers et leur famille sont conviés à la mise à l'eau. Certains chantiers ont pour tradition de souder des pièces de monnaie sur la quille. Pour le Honfleur, la boîte contenant les pièces qui a été déposée sous la quille lors de sa pose, sera récupérée pour la cérémonie suivante, celle de l’installation du mât radar.

Mise à l'eau

Mâtageg

Lorsque le mât d'un bateau à voile était érigé, cela constituait une étape majeure de la construction. Même si cela revêt un peu moins d'importance aujourd'hui, une cérémonie est toujours observée au chantier FSG. A cette occasion, les pièces de monnaie provenant de la quille sont placées sous le grand mât. Il existe plusieurs origines à cette tradition, mais celle privilégiée par Brice Robinson, Architecte Naval chez Brittany Ferries, est que plusieurs pièces d'or placées sous la base du mât pouvaient servir d'acompte pour l'achat d'un nouveau mât en cas de casse, alors que le navire se trouvait loin de son port d’attache.

Lancement officiel, baptême et cérémonie

Nous connaissons tous la traditionnelle cérémonie de baptême avant la mise en service d'un navire, lorsque la marraine lance la bouteille de Champagne sur la proue et que le prêtre le bénit et le baptise. Mais il est une autre tradition moins connue. Le chantier ne désigne jamais un navire par son nom, même s'il est connu de longue date, réservant cet honneur à l'armateur. Ainsi le nom "Honfleur" a été choisi il y a des mois mais le chantier le nomme simplement 774 sur tous les papiers officiels, car le Honfleur est le 774ème navire à être construit au chantier FSG (Flensburger Schiffbau-Gesellschaft).

 

Tenez-vous informés de l’actualité du Honfleur

Inscrivez-vous pour être notifiés des mises à jour tout au long de la construction du navire

Oui ! J'aimerais recevoir des nouvelles sur les services et les offres de Brittany Ferries.

Communication preferences

Veuillez noter que vous pourrez vous désabonner à tout moment de tous les courriers et emails. Nous conserverons votre accord pour une durée maximale de 3 ans. Aucune information fournie ne sera transmise à des tiers; vous ne recevrez donc pas de publicité provenant d'autres sociétés. Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter notre Politique de confidentialité.